Anecdote d'écriture n°1 : assurer la cohérence de son roman

Une fois passée la délicieuse phase d'écriture "compulsive" (j'écris au fil de la plume, les idées viennent, s'enchaînent, je les traduis par des mots, un peu comme je décrirais un film), il est temps de relire ses écrits pour vérifier la cohérence de l'ensemble. 
J'écris du policier/thriller, donc une fiction : c'est romancé, soit, mais je tiens à garder une cohérence et un sérieux dans le déroulement de l'histoire, afin que les lecteurs ne puissent pas tomber sur un gros anachronisme, une impossibilité, une coquille... J'imagine la frustration d'un lecteur qui est pris par l'histoire puis réalise au milieu du roman "Mais ça ce n'est pas possible, puisque X a fait ça à telle date". Ou bien "Mais non ça à tel endroit ça n'existe pas !" Ça casse tout. Vigilance donc...
Un petit exemple ? La cohérence de l'environnement dans "Tuer n'est pas vivre" : 
l'histoire se déroule à New-York et je n'y suis jamais allée (un jour peut-être), de plus mes références culturelles et sociales sont françaises. J'ai donc essayé de faire particulièrement attention lors de la relecture à tout ce qui ne collerait pas avec la vie à New-York aujourd'hui. J'ai vérifié scrupuleusement les éléments auxquels je fais allusion, le nom des quartiers, la fréquentation de tel ou tel lieu, les habitudes des habitants, etc.
Je me suis également servie de plans de lieux disponibles sur Internet et j'ai téléchargé plusieurs cartes de New-York et Manhattan (Internet m'a beaucoup aidée et en plus, ça fait voyager) ! Les reportages et documentaires télévisés ont également été une source intéressante pour mieux appréhender l'environnement de mon histoire.